I love « love creative people »

Image

Alors là je crois que je suis au paroxysme de ma boulimie déco et à force de passer mon temps dans les magazines et sur internet, je trouve des perles (une compresse Musclor ?).

Et love creative people est l’une d’elles.

Attention âmes décoratrices à tendance obsessionnelle DANGER, on ne peut pas résister à ce concept e-store qui a sélectionné au gré des voyages et des rencontres toute une série d’objets fabriqués de façon artisanale dans des matériaux naturels ou recyclés et en petite quantité.

En parcourant les objets proposés, j’ai juste TROP craqué, trop …(sorry Musclor mais prenons cela comme un investissement dans la douceur).

Cela dit, cette e-boutique est une mine d’or pour les idées cadeaux déco.

Voici quelques unes des perles que j’y ai trouvé …

Image

Les petites maisons de Bloomingville à partir de 9 euros

Image

Les mots en fils de fer de Zoé Rumeau (38 euros)

Image

Les carafes « tapti » en verre recyclé, à partir de 22 euros

Image

Les Paper stars de House doctor, les étoiles en papier quoi, à partir de 6 euros

Rendez-vous sur Hellocoton !

Perle d’Asie

DSC_1405

Une petite rétro de notre voyage hivernal sous les cocotiers au menu aujourd’hui !

Ce n’était pas une première puisque nous avons découvert l’Asie par le Myanmar en 2012 (anciennement nommé Birmanie), voyage dont nous avions rapporté quelque chose d’indescriptible et de mystérieux, de magique voire presque de mystique, j’en montrais les images  ici et ici, sur mon ancien blog.

Cette année nous avons choisi la Thaïlande mais dans une toute autre démarche, beaucoup plus … feignassesque

Bien que ce soit un pays qu’un mois ne suffirait pas à découvrir, nous avons pris le parti de passer seulement deux nuits à Bangkok et une semaine sur la très … très … touristique île de Phuket.

Avec une météo de rêve, 35 degrés en moyenne et une mer transparente à 30, de jolis hôtels et surtout … sans enfant, nous nous sommes carrément régalés.

Quelques photos pour partager notre périple …

DSC_1081

 

DSC_1095

 

 

DSC_1159

 

DSC_1189

Et sans transition, le Paradis de sable blanc à l’hôtel Surin, notre perle d’Asie !

IMG_2494

 

DSC_1412

 

IMG_2506

 

Sans oublier nos deux virées à James Bond Island et les îles Similan, bien frais, bien agréable !

IMG_2542

 

IMG_2541

 

DSC_1334

 

IMG_2544

 

DSC_1218

 

DSC_1366

 

DSC_1373

 

DSC_1375

 

DSC_1371

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un doublé Gagnant en décoration : l’agence Double G

Double G

Ai-je déjà parlé ici de mon goût très prononcé (comment ça une obsession ?) pour la déco ?

En fait si je pouvais passer mes jours et mes nuits dans les magazines et sur les blogs déco, je le ferais … J’aimerais déménager tous les semestres rien que pour devoir repenser la déco de mon homesweethome. En attendant, je partage aujourd’hui mon coup de coeur pour le travail de deux architectes parisiennes qui ont nommé leur agence Double G, rapport à la première lettre de chacun de leurs noms de famille je crois …

Leur travail a déjà fait la une de grands magazines déco et chaque nouveau projet est une mine d’inspiration tant sur les couleurs, que l’organisation des espaces et les associations de matériaux. J’aime tout particulièrement les agencements qu’elles élaborent, les bibliothèques, mobiliers de cuisine, têtes de lit, banquettes. Je les avais interrogées sur ces pièces et elles m’avaient indiqué qu’il s’agissait de médium teinté et fabriqué sur mesure. On peut retrouver l’ensemble de leur travail sur leur site Double G, les photos sont superbes !

Je vous laisse découvrir leur dernier chantier, il s’agit d’un appartement parisien de 180 m2.

Double G

J’aime particulièrement l’agencement de cette salle à manger avec la banquette intégrée à la bibliothèque, le bleu ciel et la petite lampe cercle Le Deun.

Double G

On reste dans le bleu, couleur hyper tendance, déclinée dans plusieurs tons avec l’oiseau de Eames, le « Eames House bird » qui veille sur une étagère.

Double G

Bleu, encore, jusqu’au plafond, mais bien plus soutenu et cadré de noir pour les espaces de circulation dans un esprit très vintage avec un papier peint Hick’s Hexagon

Double G

Bleu enfin, dans la chambre d’enfant, avec un papier peint que j’aime tout particulièrement édité chez Miss Print. Je trouve très intéressante l’idée  des rideaux qui donnent l’impression d’un cocon dans la pièce, très astucieux.

Double G

Le bureau et la chaise Laurette, très dans l’esprit vintage du papier peint, se mélange parfaitement avec les étagères contemporaines.

Double G

La cuisine enfin, ma pièce préférée, est une vraie réussite, les suspensions Tom Dixon, le mélange noir et bois …

Double G

… Et la table, façon îlot sur toute la longueur de la pièce, brillant !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La minute culture générale : la robe de l’avocat

Image

Si je n’étais pas une telle quiche (certes bronzée après un voyage sous les cocotiers dont je parlerai prochainement) en culture générale (ah bon la Crimée n’est pas seulement une tomate noire ?), je me régalerais de créer une rubrique hebdomadaire que j’alimenterais avec quelques unes des innombrables connaissances que je ne possède pas.

Mais non seulement je suis belle et (enfin plutôt ou) bien une quiche de compétition en culture G, en plus je viens ici seulement les soirs de pleine lune donc … oublions la rubrique.

N’empêche, alors que je répondais spontanément à un questionnaire banal des éditions Dalloz un jour où je me perdais dans des lectures juridiques, ma promptitude me valut de gagner un abonnement d’un an au périodique de mon choix.

Tout aussi promptement dans le cheminement de ses idées, Musclor commença à dresser la liste des abonnements qui l’intéressaient comme Penthouse où autre désespoir de la presque quarantenaire vierge de sport et atteinte de flasquitude aiguë, ce sur quoi je dus le décevoir en lui expliquant non sans avoir conservé toute l’excitation de celle qui vient de gagner la cagnotte de l’Euromillions, que le choix était circonscrit … aux Editions Dalloz …

Bref, je choisis donc de bénéficier de l’abonnement hebdomadaire au Recueil Dalloz et découvrit l‘édito de Félix Rome. Ce nom est en fait le pseudonyme de Denis Mazeaud ce qui n’intéresse déjà plus aucun lecteur mais pour ceux qui ne se sont pas encore suicidés à ce stade, il s’agit d’un Professeur de droit parisien et auteur bien connu des étudiants en Droit.

Quoi qu’il en soit, ses éditos sont piquants, brillants, mordants, drôles et toujours intéressants ! Et celui du 27 Février (oui j’ai un brin de retard) intitulé « noir c’est noir !!! » parlait notamment de la robe de l’avocat, entre autres …

Voici ce que j’en ai retenu :

Sacha Guitry a dit que « les avocats portent des robes pour mentir aussi bien que les femmes » : misogyne et virulent, j’adore !

– Balzac a écrit en parlant des avocats « qu’ils portent le deuil de toutes les illusions et de toutes les vertus », noir et profond, j’adore !

– À l’origine, d’où la couleur noire de la robe, les avocats étaient souvent des ecclésiastiques qui portaient haut, soutane au vent, les couleurs de la défense, raison pour laquelle les boutons sont au nombre de 33, l’âge du Christ crucifié : soutanesque, j’adore !

– Le rang d’hermine qui complète l’épitoge des avocats de province rime avec honneur puisque cet animal est réputé pour préférer la mort à la souillure : bestial, j’adore !

C’était donc la minute culture générale sur la robe des avocats, bientôt des nouvelles plus glamour avec des astuces pour un voyage réussi à l’autre bout du monde …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je me suis fait mon cinéma

Unknown

Avec Musclor nous allons régulièrement au cinéma, et parfois même j’y vais seule tellement j’aime ça.

Je suis assez bon public dans l’ensemble et mes goûts sont plutôt écclec-chiques avec une préférence toutefois pour les films de sentiments que d’action.

Il y a peu je suis allée voir Lulu femme nue, un jour d’humeur maussade et franchement, même si je salue le jeu d’actrice de Karine Viard que j’aime beaucoup, je suis sortie encore plus embourbée qu’en y entrant. On y prend en pleine face la réalité nue et d’une simplicité affligeante des sentiments humains face au quotidien qui appuie sur les épaules de chacun de nous. Ce n’est disons pas ce que j’attends d’un film, partager quelques jours d’une femme qui ère dans les rues et cherche un abris pour dormir sans toit pour finalement rentrer chez elle et prendre une baigne par son mari … Evidemment l’intérêt du scénario est un peu plus profond mais ce sont ces images sans couleur qui défilent jusqu’au bout.

Dans le genre film de cinéma, je me suis rattrapée avec American Bluff que je suis allée voir avec une amie et même si c’est tout sauf un film de nana, nous avons simplement toutes deux adoré ! J’y ai retrouvé Bradley Cooper que j’avais découvert dans Happyness Therapy, un film du même réalisateur et il est juste exceptionnel dans son jeu d’acteur décalé. Les acteurs dans leur ensemble créent une dynamique parfaite et tiennent le rythme d’un scénario sans faille, soutenu jusqu’à la dernière image, bref un régal !

Enfin, Musclor m’a réellement mis la pression pendant près de deux semaines pour aller voir 12 years a slave, genre de film que j’ai en horreur tellement je ne supporte ni les tragédies ni la violence. Bon le film faisait grand bruit et j’ai fini par me dire que si c’était pour découvrir un nouveau chef d’oeuvre tel que Django que j’étais allée voir aussi pour faire plaisir à l’Homme, autant prendre sur moi.

Verdict : une horreur de souffrance et de violence qui m’ont pénétrée dés le début sans me quitter un instant jusqu’à la fin. Pas un moment de répit dans la terreur de la chute d’un homme noir libre et installé dans une vie agréable avant la guerre de sécession, enlevé à Washington pour être vendu en esclavage dans le Sud. On a passé deux heures à le voir s’enfoncer dans la souffrance des coups … et moi la moitié du film à essayer de me boucher les oreilles en fermant les yeux. Je n’avais jamais remarqué à quel point il ne sert pas à grand chose de se boucher les oreilles au cinéma tellement le son vous transperce. Musclor ce pervers a adoré, ça ne m’étonne pas de lui, il est tellement adepte du fouet ! D’accord ce n’est pas drôle et plus sérieusement ce fut pour lui un film magnifique, ce dont je ne doute pas pour qui réussit à en soutenir les images …

J’espère bien me rattraper avec des choses plus légères en tout cas moins sanguinolentes dans les semaines à venir !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il respire encore ? Chargez !

Image

Mais que m’est-il arrivé ? Et bien rien figurez-vous.

Enfin rien qui n’explique ma disparition si ce n’est le rythme du quotidien dans lequel je me suis laissée emporter et deux trois bricoles que je vais peut-être prendre le temps de dévoiler (attention y’a du lourd, du croustillant, du scandaleux, de l’incroyable … non j’déconne).

En fait je crois que le thème « humeurs » de mon blog m’a lassée et je m’aperçois depuis quelques temps que j’ai envie de raconter et de montrer des choses qui verseraient plus sur l’aspect déco et culinaire qu’autre chose. Et je me demande si je ne vais pas me laisser tenter.

Est-ce le hasard si je m’aperçois que ça fait tout juste un an que j’ai décroché ? Drôle d’anniversaire …

Mais où en est la blogo ? À part les quelques blogs dont je reçois les publications par mail ou via Facebook, je suis partie si loin que je me demande si je saurai retrouver mon chemin … À suivre … ou pas, nous verrons !

Bon dimanche à ceux qui passeront par là, la famille Mmpsherself vous salue (la photo des Numéros est très ancienne mais je la trouvé sympa).

Enfin je le fais pour eux, si Musclor savait ce que je suis en train de faire, il se mettrait des compresses …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fauve

tumblr_mffjitQtW51r4dbe0o1_500

Oh non ce n’est pas de moi dont on parle soyons clairs, je serais plutôt à classer dans la catégorie mollusque ces temps-ci ! Fauve ce n’est pas non plus le film les nuits fauves que j’ai regardé alors que j’avais quoi … 6 ans oui c’est bien ça en 92 : comment ça c’est pas crédibeul ! Même si c’est le titre d’une de leurs chansons.

Fauve c’est un groupe qui commence à sérieusement faire parler de lui même si on n’a pas même encore un album, juste quelques titres. Un collectif ouvert, CORP comme ils disent.

Ils disent d’eux qu’ils défont le défaitisme, haïssent la haine et ont honte de la honte, un concept OVNI mais qui me parle. Leurs textes me touchent, leur rythme, je trouve ça juste irrationnellement beau …

Beau comme une comète, j’l’ai dans la peau, j’l’ai dans la tête, beau comme une planète, j’l’ai dans la peau, j’l’ai dans la tête …

Rendez-vous sur Hellocoton !