Il respire encore ? Chargez !

Image

Mais que m’est-il arrivé ? Et bien rien figurez-vous.

Enfin rien qui n’explique ma disparition si ce n’est le rythme du quotidien dans lequel je me suis laissée emporter et deux trois bricoles que je vais peut-être prendre le temps de dévoiler (attention y’a du lourd, du croustillant, du scandaleux, de l’incroyable … non j’déconne).

En fait je crois que le thème « humeurs » de mon blog m’a lassée et je m’aperçois depuis quelques temps que j’ai envie de raconter et de montrer des choses qui verseraient plus sur l’aspect déco et culinaire qu’autre chose. Et je me demande si je ne vais pas me laisser tenter.

Est-ce le hasard si je m’aperçois que ça fait tout juste un an que j’ai décroché ? Drôle d’anniversaire …

Mais où en est la blogo ? À part les quelques blogs dont je reçois les publications par mail ou via Facebook, je suis partie si loin que je me demande si je saurai retrouver mon chemin … À suivre … ou pas, nous verrons !

Bon dimanche à ceux qui passeront par là, la famille Mmpsherself vous salue (la photo des Numéros est très ancienne mais je la trouvé sympa).

Enfin je le fais pour eux, si Musclor savait ce que je suis en train de faire, il se mettrait des compresses …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Oups …

IMG_0505

J’ai failli oublier, les jours passent et je ne pense même pas à déposer mes voeux ici …

Même si c’est un peu tard, j’ai un seul voeu pour ceux qui passeront par là. Un mot, mon préféré, celui que si tu le tiens, ça veut dire que tu as tous les autres, le Graal quoi : SÉRÉNITÉ …

Ah celle-là je la cherche depuis un moment, elle est difficile à trouver, très discrète mais surtout exigeante. Elle ne s’entend pas très bien avec l’impatience, ma meilleure amie. La sérénité est très copine avec la sagesse et la contemplation et s’est maquée depuis des  lustres avec l’apaisement.

Je rêve de la chopper voire même de l’épouser si la loi sur le mariage pour tous est votée. Pour l’instant je flirte juste avec elle mais je sens que j’ai une ouverture, je tente de l’apprivoiser, j’essaie de larguer colère et emportement, deux traits de mon caractère …

En vieillissant, j’acquière quelques grammes de mollesse, finesse, sagesse mais j’ai toujours du mal à me poser et prendre du recul sur les événements et la vie en général.

Je viens de retourner sur mon ancien blog, curieuse de relire mes résolutions pour l’année 2012, je n’en avais pris aucune : ouf ! Je m’étais contentée d’un bilan, plutôt positif mais très axé sur le constat du nombre des années qui passe et qui ne nous rajeunit pas. Cette année j’ai pris un peu les choses en main : si je ne me suis pas mise au sport (malheureux faut pas charrier), j’ai décidé que mes cheveux blancs très, trop nombreux dégageaient sans préavis, aucun regret !

Je suis aussi productive qu’une huitre embourbée dans le pétrole sur ce blog mais c’est cool, ça envahit pas les boites mail …

Allez je reviens vite, bientôt, un de ces quatre …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mieux vaut un mariage reposé que fatigué !

256016

Ct’à dire que oui on est encore fatigué ici, Numéro 3 ayant relancé ses séances d’entrainement pour le concours du plus grand nombre de nuits pourries d’affilée.

A l’heure où j’écris il n’est pas là pour le confirmer, non que je l’ai dégommé (paraît que c’est interdit) mais j’ai de vrais talents de Calimérote auprès de belle-maman qui a eu pitié de nous (à moins que ce soit la peur de nous voir nous étriper) et nous a proposé de lui confier les Numéros quelques jours pour pouvoir … nous reposer.

Je profite au passage une nouvelle fois de l’excuse de Numéro 3 bouffeur de sommeil pour tout lui mettre sur le dos : absence, silence, non lecture des blogo-copines, dépense inconsidérée pour cette sublime quinzième paire de chaussures dont j’avais absolument besoin (ah non là c’est plus crédible …) bref tout est de sa faute, de ma mauvaise humeur à ma mauvaise foi en passant par la taille minuscule de mes soutiens gorge !

Ah ben ça fait du bien tiens même si au fond je n’arrive pas à lui en vouloir. Pas que je sois le genre de mère idéale qu’on connaît tous, philosophe de mes fesses et du genre à tout gérer, tout minimiser et enjoliver. Non moi je suis plutôt du genre à en rajouter dans le catastrophisme, à pointer tout ce qui merde en oubliant le beau mais je dois bien avouer que je suis dingue de ce petit machin, qu’il est assez éclatant et drôle et que je suis fière de le voir grandir (et pas seulement en malice).

Et puis bon, j’ai de sérieuses armes de vengeance tels que la dernière coupe de cheveux que je lui ai gracieusement faite de mes mains de tailleuse de haies, un carnage soigneusement immortalisé par un max de photos (fêtes obligent) ou encore les cadeaux que le gentil Père Nowel lui a déposés (un aspirateur et une cuisine, « women’s power » … bordel !) : sans rancune fils !

A part ça, sans transition je voulais m’exprimer brièvement pour dire que j’espère que le mariage gay va passer, je suis persuadée que c’est une évidence à propos de laquelle on ne devrait même pas avoir à argumenter. J’ai beaucoup aimé les slogans qui accompagnaient les dernières manif et mon préféré tellement il est évident justement : « mieux vaut un mariage gay qu’un mariage triste !« .

Egalement sans transition je voulais faire un coucou à Maman Sioux et lui dire que ses brèves de tipi m’ont émue, enfin je sais pas si c’est l’mot mais j’ai chialé en la lisant (la fatigue peut être …).

Enfin et comme pour faire ma pétasse, j’annonce que dans quelques heures j’emmène Musclor dans un petit hôtel paumé au milieu de nulle part, au bord d’un lac, avec ou sans neige je ne sais pas encore mais où l’on va faire un truc très très hot et ça je suis déjà en mesure de le garantir, sans aucun accessoire attention : D-O-R-M-I-R !!!!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Avons-nous trop recours au psy pour nos enfants ?

13197055380_iStock_000016083182Small_(Copier)

Question posée par le magazine Psychologies du mois de Novembre et qui m’a particulièrement interpellée à un moment où j’envisageais sérieusement de recourir à une consultation psy pour Numéro 3, deux ans et demi … C’est un peu désespérée que je pensais à cette solution puisque le fameux petit machin battait des records de nuits pourries (multiples réveils, pleurs et demande de présence). On avait un peu tout essayé et n’en pouvant plus, j’ai réussi à convaincre Musclor que foutu pour foutu, le psy c’est un peu comme l’homéopathie pour ceux qui n’y sont pas sensibles : « si ça fait pas du bien, ça peut pas faire de mal ».

Sur ces entrefaites, il se trouve que Musclor est parti seul avec les Numéros à l’autre bout de la France pendant les vacances, en pleine campagne et que Numéro 3 s’est mis à faire des nuits sans réveil pratiquement dés son arrivée sur les lieux … no comment. J’ai retrouvé un petit bidule en pleine forme, serein, grandi et qui ne s’est plus réveillé (ou de façon anecdotique pour cause de rhume) depuis près d’un mois. J’ai donc renoncé à consulter.

C’est dans ce contexte que je tombe sur ce sujet : trop d’enfants chez le Psy ? Bien sûr, la réponse est évidente : « ça dépend, ça dépasse » mais si l’article est surtout composé de témoignages, on y retrouve le postulat que les parents consultent beaucoup plus et plus facilement qu’une quinzaine d’années en arrière où la démarche correspondait plus à une nécessité face à des troubles du comportement importants, invalidants.

Je me suis totalement retrouvée dans ce que décrit Catherine Mathelin-Vanier, pédopsychiatre quand elle explique « rencontrer des parents noyés sous les conseils contradictoires des magazines, forums sur Internet ou Manuels d’éducation. Ce qu’elle entend le plus souvent aujourd’hui, c’est : on a tout essayé, une chose et son contraire. L’enfant a du mal à s’endormir ? Une fois on le laisse pleurer, une autre, on le prend dans son lit, on le berce, on le rassure, on le gronde … or les conseils ne marchent pas car aucun enfant n’a les mêmes raisons de ne pas réussir à s’endormir ». Clairement, c’est exactement ce que nous faisions avec Numéro 3, compulsant nous aussi les piles de conseils que nous entendions partout et de tout le monde.

Mais face à ce genre de difficultés, est-ce une bonne chose dans notre rôle de parents de recourir de façon aussi élargie à la consultation psy ? La pédopsychiatre pense que « la banalisation des consultations pour enfants est tout de même une très bonne chose. Autrefois, on laissait beaucoup de petits soucis s’aggraver alors qu’il suffit souvent de deux ou trois séances pour remettre un enfant sur les rails de sa propre vie ».

Pour compléter son idée, voici un extrait d’un entretien accordé par Georgy Katzarov, psychanalyste à Sarah Chiche, psychologue et écrivain transcrite sur son blog« Un pédiatre m’a dit que « 9 fois sur 10 les demandes de consultation psy pour les enfants sont injustifiées quand elles viennent des parents et abusives lorsqu’elles viennent des établissements scolaires (enseignant, directeur, psychologue scolaire) ». Etes-vous de cet avis ?

Injustifiés… Abusives… Voilà des mots bien lourds d’implications! Il faudrait demander à celui qui le dit ce qu’il entend par là…
Est-ce qu’elles seraient injustifiés par le fait qu’on ne découvre pas neuf fois sur dix une formation caractérisée de psychose ou de névrose chez l’enfant qu’on reçoit en consultation? Et d’abord est-ce que cette statistique serait exacte? Je ne saurais le dire pour ma part… Certaines consultations peuvent parfaitement se justifier d’une angoisse, d’une inquiétude, sans pathologies consistantes et avérées chez l’enfant ou chez l’adulte, mais qui permettent de désamorcer une situation qui a un potentiel pathogène susceptible de se développer et d’éclore en symptôme plus tard. Et parfois « plus tard » ça peut vouloir dire aussi « trop tard »… Une demande est toujours justifiée, même si on ne comprend pas toujours immédiatement ce qui la motive… Je ne pourrais pas en tout cas travailler sans l’horizon d’une telle hypothèse. Si on pèse ses mots, il n’y a pas de demande injustifiée… ».

Il semblerait donc que non, on n’abuse pas du recours à la consultation psy. Pour autant, j’ai parfois l’impression qu’à trop vouloir écouter mes enfants, à trop vouloir tenir compte de leurs moindres ressentis, comprendre et analyser tous leurs propos et réactions, je leur donne un pouvoir qui est lourd à porter pour eux. Cela n’aurait-il pas tendance à les charger d’une responsabilité qui n’est pas de leur âge : celle de comprendre eux-mêmes et d’élaborer toutes les pensées qui les habitent et tous les actes qui les animent ?

Devons-nous tout comprendre et tout expliquer, tout mentaliser, au risque de perdre en spontanéité, de remettre un peu tout en question sous prétexte d’analyse, jusqu’à la place de chacun dans le schéma familial ? Ne devons-nous pas essayer de nous faire un peu plus confiance … tout simplement (ironie dans l’emploi du mot « simplement » …) ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

I did it !

Quand on connaît mes deux mains gauches et mon niveau de créativité proche du néant, on peut mesurer l’ampleur de l’exploit accompli !

Cette semaine, emportée par l’élan de Noël peut-être, je n’ai rien moins que couru chez Loisirs et création (truc de ouf) pour trouver le nécessaire à la confection d’un calendrier de l’Avent, pompant m’inspirant de celui de La mite.

Alors j’ai un peu ramé quand même, aidée dans ma gauchitude par Numéro 2 mais nous avons réussi ! Enfin disons que pour l’instant les enveloppes ne se sont pas encore cassées la gueule, plus que 24 jours … (le premier qui touche au calendar j’le plante ! Quoi l’esprit de Noël !!).

DSC_8964

Il a fallu ensuite remplir les enveloppes et je ne suis pas sûre que ça ne finisse pas en guerre de tranchées parce que je n’ai mis qu’un chocolat par jour (pour trois Numéros dont 2 ventres sur pattes …). Bon à titre de réconfort, j’ai demandé à chacun d’écrire six petits mots, des paroles d’amour et à part Musclor qui doit encore remplir les derniers jours (No way que les câlins t’exonèrent de tes six ptits mots j’te préviens !), on est paré !

Par contre soyons clairs, le calendrier est prêt pour les dix prochaines années ! QUOI !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hello ! Vous mé léconnaissé ?!

Allez je me lance, j’emménage sur une nouvelle plateforme pour de nouvelles aventures.

Après une tentative désespérée de récupérer le contenu de mon ancien blog sans devoir cracher au bassinet (oui overblog est une raclure pas très sympa !), j’ai décidé de le laisser là où il était, perdu dans les méandres de la blogo, un peu comme on abandonnerait un animal de compagnie sur la route des vacances mais en moins dégueulasse.

Pour re-situer brièvement le décor, je suis une trentenaire (terme très pratique lorsqu’on a basculé du côté obscur de la force de l’âge), mariée à Musclor (en brun et sans les tablettes par contre) et équipée de trois insupportables adorables enfants :

– Numéro 1 (prénom d’origine perse qui signifie … premier), 11 ans, collégien facile à tendance enfant parfait,

Numéro 2 (prénom d’origine indienne qui signifie plus jeune), 9 ans, une fille, une vraie, sans nécessité de vérification génétique … non Mademoiselle, les talons et le maquillage devront patienter, ta mère a bien attendu d’avoir atteint la trentaine pour ça !

Numéro 3 (du latin casse burnes pieds qui signifie … casse burnes pieds), 2 ans, le genre à se prendre pour le roi du pétrole avec ambition d’accéder au statut d’empereur, braife une ptite bestiole qui redonne tout son sens à l’expression « petit dernier ». Heureusement il grandit à vue d’oeil ces dernières semaines et semble avoir renoncé au premier rôle du célèbre film « Comme une moule accrochée à son rocher de mère ». Il développe même des talents d’humoriste : « dis-donc petit machin mais tu viens de me péter dessus là ! Nonnnnnnn j’ai roté avec mes fesses …« .

J’ai plongé dans la blogo à corps perdu (c’est comme ça que Musclor le décrirait je pense, rapport à ce qu’on imagine) début 2011 alors que je commençais à suffoquer du crevé parental que j’avais pris moins de 6 mois avant et qui m’allait comme un gant (oui un gant Mapa qu’on voudrait utiliser comme une capote pour dépanner … pas top au niveau du vécu et des sensations).

Depuis j’ai repris le taf (Re-bonjour Président !), j’ai bien levé le pied (c’est comme ça que Musclor le décrirait je pense, rapport à ce qu’on imagine) niveau écriture pour pas dire j’ai abandonné la blogo. Mais quand même, j’arrive pas à décrocher totalement et pour continuer, je me suis dis pourquoi pas repartir à zéro (lecteurs) mais sur un blog qui ne serait plus la mocheté violette que je ne pouvais plus blairer.

Et voilà comment on se retrouve ici !